C’EST COMME SI C’ÉTAIT LE PREMIER JOUR, ET LE DERNIER.

Article publié originellement dans le magazine « Apôtre » de l’Ecole Pierre, août 2021

Il y a 567 ans, Gutenberg inventait l’imprimerie. Le premier livre publié ? La Bible. Et après cela, une révolution pour la culture mondiale. À quoi ressemblera le monde dans 567 ans, en 2588 ? Quelle nouvelle technologie transformera notre façon de communiquer et de faire connaître la parole de Dieu ? En vérité, en vérité je te le dis, pas la peine d’attendre, tu as ce qu’il faut en 2021.

Je suis passionné de technologie et de communication, surtout si je peux y trouver un moyen de parler de Jésus. Je me suis demandé un jour, quelle était la technologie la plus avancée au XXIe siècle. Assez vite je suis allé chercher du côté des plus puissants : la NASA, l’armée américaine, Elon Musk, les GAFA… Puis j’ai fini par trouver le créateur et le responsable le plus innovant de tous : Dieu. Si Dieu est Dieu, alors il a bien dû penser avant tout le monde à ce que serait la technologie la plus poussée. Et le fait est que dans sa première semaine de besogne, après avoir plané au-dessus d’un chaos informe et vide, Dieu n’a créé ni la 5G ni Instagram. Au sommet de son état de flow, voilà que Dieu crée l’homme et la femme. Soit Dieu est old school, soit c’est le plus grand visionnaire de tous les temps. Le truc qui fait la différence c’est que dès le premier jour, Dieu fait de nous ses partenaires ; et jusqu’au dernier jour, il veut que nous soyons ses apôtres.

Un apôtre c’est de la technologie divine. C’est un pyromane qui a fait l’expérience de l’amour de Dieu et qui va chercher à répandre ce feu partout où il le peut. J’ai compris cela un jour, grâce à des adolescents. Pendant un camp, j’avais appris à un groupe de jeunes à prier les uns pour les autres et à écouter l’Esprit Saint. À partir de la rentrée ils ont gardé cette habitude de prier tout le temps les uns pour les autres, dès qu’ils le pouvaient. Trop… Cela commençait à m’agacer jusqu’au jour où ils m’ont m’annoncé que l’un d’entre eux avait été guéri d’une forme importante de surdité, guérison confirmée plus tard par les médecins. C’était l’humiliation dont j’avais besoin pour commencer à servir Dieu avec humilité.

Quelques principes qui font un apôtre du XXIe siècle :

Ne pas se prendre au sérieux mais prendre Dieu au sérieux
À partir de cette conversion, j’ai commencé à sortir et à prier pour la guérison dans la rue, en mettant de côté le « qu’en dira-t-on ». La première fois c’était pour un SDF qui avait beaucoup de peine à marcher. Après cela il s’est mis à courir ! Et j’ai compris que les Actes des Apôtres, ça commence avec des actes.

Accepter d’avoir peur mais ne pas avoir honte
Je pensais qu’un apôtre c’était quelqu’un qui n’avait pas peur de parler de Dieu. J’ai découvert en évangélisant dans la rue que c’est plutôt celui qui n’a pas honte de croire que l’amour de Dieu est pour tous. La boule dans le ventre, systématiquement, (c’est ce qui me rendait accessible pour les gens et dépendant de l’Esprit Saint), j’ai fait des rencontres merveilleuses, juste parce que je voulais voir de mes yeux le Royaume de Dieu. La vie d’apôtre, ça a un avant-goût de risque et un arrière-goût d’aventure.

C’est maintenant le moment favorable, c’est aujourd’hui le jour du salut (2 Co 6,2)
Un apôtre du XXIe siècle n’est pas plus loin de Jésus que Pierre, Jean ou Jacques. Sa mission n’est pas moins urgente non plus. « Allez, de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19) : pour aller dans toutes les nations, douze types ne suffisent pas ! Être apôtre c’est vivre chaque jour avec la nécessité de partager l’amour de Dieu. J’ai longtemps cru que la technologie était un avantage pour évangéliser. Je crois que c’est juste un contexte à prendre en compte. Instagram fait des stories mais Dieu fait des miracles. Celui qui dispose de l’amour dispose de tout. Pour être un apôtre, tu as tout ce qu’il faut en 2021.

P. Mustapha Amari, de la communauté du Chemin Neuf

Article publié originellement dans le livret du Festival « Next Step » de la Communauté du Chemin Neuf, avril 2021

Je crois qu’il existe une soif de Dieu qui n’a jamais été aussi forte. Je crois que nous vivons dans une société qui crie son besoin de Dieu sans pourtant le connaître, ni même le voir.

Le désir hémorragique d’authenticité, le refus catégorique de l’injustice, le besoin de sens, le retour impressionnant du spirituel sont des signes de cette soif ! Les voyons nous ? Si nous ne les voyons pas tout le temps c’est parce que nous nous laissons aveuglés par nos fausses images de Dieu et de l’Eglise.

L’Eglise n’est pas un bastion à défendre, elle n’est pas un combat culturel ou politique ou encore une institution que l’on rejoint une fois les codes intégrés !

« Dieu nous a crée capables de créer ! Il nous aime créatifs ! »

On peut annoncer Dieu partout : dans le rap, dans le business, dans une université et dans un bidonville. Il n’existe pas de lieux trop sales, trop impurs ou Dieu ne veuille aller. Pour annoncer l’Evangile dans le rap il faut des chrétiens crédibles dans le rap game, pour annoncer Dieu dans le business il faut des entrepreneurs chrétiens qui donnent un gout de Dieu et pour annoncer Dieu dans un bidonville il faut des chrétiens qui se fassent plus pauvres que les pauvres ! Dieu nous a crée capables de créer ! Il nous aime créatifs !

Cette créativité n’est pas une faculté uniquement destinée à nos loisirs, nos business, ou nos amis : elle est la manière par laquelle Dieu veut parler au monde à travers nous. Cette prise de conscience à changé ma vie et ma relation au Père. Elle peut changer l’Eglise de demain; et l’Eglise de demain c’est maintenant.

Guillaume Cail, co-fondateur de l’École Pierre

En quelques mots, c’est quoi ChangeNOW ? Et quel en est le but ?

Nous avons créé ChangeNOW il y a 4 ans, une startup dédiée à accélérer les solutions capables de répondre aux grandes urgences environnementales et sociales de notre siècle. Nous organisons le sommet ChangeNOW, le plus grand rassemblement mondial des solutions pour la planète.

Cet événement, porté sur l’action concrète, réunit des milliers de solutions et d’acteurs du changement. La dernière édition a rassemblé plus de 28 000 participants et 1000 solutions pour la planète venus de 100 pays.

Nous menons également des actions toute l’année, auprès des écoles, des entreprises, des institutions, et des investisseurs.
Notre mission est de faire émerger les nouveaux modèles pour construire un monde durable, et d’inspirer une nouvelle génération de changemakers ayant un impact positif sur le monde.

Cela fait déjà quatre ans depuis la fondation de ChangeNOW, quelles sont les évolutions les plus marquantes que vous avez constaté, au sein du rassemblement mais aussi dans l’état d’esprit ?

La 1ère édition de ChangeNOW, en 2017, rassemblait pour la première fois des centaines de changemakers qui, pendant longtemps, œuvraient de manière isolée. 2000 participants étaient présents, avec une envie d’agir communicative. C’était un moment fort, inédit.

3 ans plus tard, nous étions au Grand Palais, pour faire de ChangeNOW la première Exposition Universelle des solutions pour la planète. C’était alors tout un secteur qui s’affirmait haut et fort, qui montrait qu’il était là, structuré, ambitieux. C’était un coup d’envoi d’un mouvement de fond plus fort et qui inspire à grande échelle.

“Notre mission est de faire émerger les nouveaux modèles pour construire un monde durable, et d’inspirer une nouvelle génération de changemakers ayant un impact positif sur le monde. ”

À travers ChangeNOW, vous avez rencontré beaucoup de « changemakers », y a-t-il un profil type ?

Les profils sont variés, mais il y a une énergie commune que l’on retrouve chez les « changemakers », qui est très enthousiasmante, vibrante. On sent un idéal, une envie de construire un monde meilleur, qui les pousse à agir. Ils dégagent beaucoup de dynamisme, d’ouverture aux autres, et l’envie de contribuer à quelque chose de grand.

À votre avis, quel est le rôle des millenials dans les années à venir ? Nous vivons une étape charnière où les codes sont à réinventer, et les millenials, qui arrivent sur le marché du travail, peuvent imposer des nouveaux codes, et refuser certains anciens modèles. Ils sont d’ailleurs déjà en train de le faire !
Nous voyons une nouvelle génération émerger, portée par la quête de sens, pour qui le respect du vivant et la bienveillance surpassent l’individualisme. La coopération et la part d’humanité en nous sont les boussoles pour changer le monde.

Tu voudrais prier plus et mieux, mais au fond tu ne sais jamais vraiment par quel bout commencer ? Pour t’aider on te propose notre méthode « L.O.V.E » pour prier avec la parole de Dieu et grandir dans son amour.

L          LOUER | LIRE LE TEXTE

Tout d’abord commence par un temps de louange simplement pour remercier Dieu pour qui il est, pour la création, pour les choses bonnes dans ta vie et celle des autres. La louange est à la fois un temps de reconnaissance et de gratuité.

Après avoir choisi un texte biblique, prend le temps de le lire, sans te précipiter.

O         OBSERVER

Tu peux ensuite relire le texte une deuxième, puis une troisième fois. Arrête-toi sur les mots qui semblent importants, mais aussi sur ceux qui t’interpellent. Laisse la parole résonner tour à tour dans ton intelligence et dans ton cœur. Quelles sont les détails que tu remarques ou les choses nouvelles qui apparaissent ?

V         VERBALISER | VISER

A partir de ta prière sur le texte, parle à Dieu avec tes propres mots. La relation avec Dieu grandit à mesure que tu lui exprimes tes besoins, tes sentiments, tes questions. Mettre des mots sur ce que tu vis est central dans la prière.

Demande à l’Esprit Saint comment cette parole t’invite à agir dans ton quotidien, dans les moments précis de ta journée à venir.

E          ÉCRIRE

Un moyen de progresser rapidement dans la vie spirituelle passe par le fait de prendre note des paroles et des actions de Dieu dans nos vies. Quel est le verset que tu veux garder pour la journée ? Quel est le fruit de ce temps d’échange avec Dieu et sa parole ?

Voici le secret. En fait non ce n’est pas un secret. C’est la base de la base, qu’on voudrait répéter au monde entier pour qu’on puisse être toujours plus nombreux à entendre la parole de Dieu.

La formule pour entendre la voix de Dieu c’est :
Réception — Interprétation — Application

1. La première étape, c’est de prendre conscience que tu es en train de recevoir quelque chose (une parole, une inspiration, un sentiment, une image, etc.) et de la recevoir jusqu’au bout. Prendre le temps d’accueillir un verset biblique, accueillir jusqu’au bout telle ou telle pensée, déterminer quelle sentiment réellement t’habite. Toutes les inspirations ne sont pas de même nature (souviens-toi du smartphone).

2. Ensuite il s’agit d’interpréter. La plupart du temps Dieu veut entrer en dialogue avec nous, pas nous envoyer des notifications à sens unique. Si Dieu veut m’apprendre quelque chose de nouveau ou de complexe, je vais nécessairement avoir besoin de passer par plusieurs étapes. Ecouter la voix de Dieu est un vrai processus qui peut se faire facilement en posant des questions :
– Qu’est-ce que cela veut dire ?
– Pourquoi maintenant ?
– Dieu, est-ce qu’il y a quelque chose que je ne vois pas que tu veux me montrer ?
– Est-ce que cela me concerne ou concerne quelqu’un d’autre ? Cette personne est-elle près de moi ou ailleurs ?
– Qui ? Quoi ? Comment ? Pourquoi ? Quand ? etc. sont un ensemble de questions qui peuvent t’aider à initier le mouvement d’interprétation.

3. Enfin il y a l’application. C’est pourtant là que beaucoup de chrétiens pèchent et qui les empêche d’entendre Dieu. L’application est le véritable langage de Dieu ! Quand tu lis la Genèse tu vois que pour Dieu parole et action sont unies. Nous disons aussi que quelqu’un est un homme de parole quand il fait ce qu’il a promis. L’application c’est la parole de Dieu qui se concrétise à travers ta vie. Le Verbe qui se fait chair.
La mise en application d’une inspiration reçue (se convertir, avertir quelqu’un, accomplir un acte de charité,…) fonctionne comme un vérificateur et comme un sanctificateur. Nous reviendrons bientôt sur l’importance de l’obéissance pour entendre Dieu. Tu peux retenir aujourd’hui simplement que plus tu accomplis la volonté de Dieu et plus tu l’entends.

Cette formule « Réception-Interprétation-Application » est universelle et vaut pour pratiquement tous les types d’inspirations. Cependant avec la pratique et l’expérience cela pourra paraître une seule et même action, cela paraîtra intuitif. C’est ce que je te souhaite d’acquérir au long de ce parcours.

Application

N’oublie pas de noter ou d’apprendre par coeur ces trois mots, ils te seront très utiles.

Un leader, un changemaker, est quelqu’un capable de conduire et d’influencer d’autre personnes. Mais nous sommes aussi chacun influencés par différentes personnes, institutions ou situations. Nous prenons de meilleurs décisions dans notre vie quand nous sommes conscients de ces différentes influences.

1. Analyse. Coche sur une échelle de 0 à 10 la place et l’influence qu’ont ces personnes dans mes opinions et ma vision du monde

2. Evaluation. Si je relie tous les points cela me donne un aperçu de l’équilibre (ou déséquilibre) de ces différentes réalités dans ma vie. Cela me parait-il juste, sain et saint ?

3. Décision. Dans la vie chrétienne, redonner à chaque chose sa juste place s’appelle la conversion. Je peux définir puis mettre en oeuvre les actions concrètes qui me permettront de redonner à chaque chose ou personne sa juste influence (me former, m’informer, élargir mon réseau, lire, prier, me confesser, demander pardon,etc.)

L’ESSENTIEL DE LA BIBLE EN UN MOIS

Plan : 30 jours ** Durée : 15 minutes
Livres à lire: Genèses, Luc, Actes des Apôtres, Romains
Chapitres : 4 par jour

POUR DÉCOUVRIR JÉSUS

Plan : 8 jours ** Durée : 15 minutes par jour
Livre à lire: Evangile Selon Saint Luc
Chapitres : 3 par jour

LES DÉBUTS DE L’ÉGLISE

Plan : 14 jours ** Durée : 10 minutes par jour
Livre à lire: Actes des Apôtres